DAVID GOLDBLATT ****

Photographe documentaliste sud africain racontant l’histoire de son pays. Il photographie les individus et les lieus d’une manière analytique, sans voyeurisme, il révéle par des détails du quotidien, les injustices et les violences du régime de l’apartheid. Cette retrospective est un socle de connaissances hors du commun sur la société Sud Africaine de ces 60 dernières années. Un bon nombre d’écrans diffusent des vidéos de l’auteur commentant ses photographies. Ses témoignages sont poignants et pleins d’émotions. Du 21 février 2018 – 13 mai 2018 – Galerie 4 – Centre Pompidou, Paris

AN INCOMPLETE HISTORY OF PROTEST

la collection Whitney, « An Incomplete History of Protest », a pour objectif, d’examiner comment les artistes de 1940 à aujourd’hui se sont confrontés aux problèmes politiques et sociaux de leur époque. Qu’ils fassent de l’art une forme d’activisme, de critique, d’instruction ou d’inspiration, les artistes présentés considèrent leur travail comme essentiel pour remettre en question la pensée établie et créer une culture plus équitable. 1- Some of the Greatest Hits of the New York City Police Department. © Carl Pope 1994. Installation de trophées et de plaques célébrants les abus de pouvoir et les violences de la police de NYC entre 1949 …

MALICK SIDIBE RETROSPECTIVE

Retrospective sur le travail du portraitiste Malick Sidibé. Surnommé l’Oeil de Bamako, il a su saisir, au début des années 60, la vitalité de la jeunesse Bamakoise. jusqu’au 25 février 2018 à la Fondation Cartier

CESAR RETROSPECTIVE

Il y a vingt ans mourait César, l’un des plus illustres et des plus méconnus artistes de son temps. Illustre, il l’avait été à l’âge de 25 ans, lorsque, « monté » à Paris en 1944, il avait mis au point sa technique des « fers soudés ». Méconnu, il l’était : la faconde et la manière d’être affichées en public cachaient une difficulté à se satisfaire des seules œuvres qui avaient fait son succès. Loin d’être l’homme des « Fers soudés », « Compressions », « Empreintes » et « Expansions », César était resté attaché à une idée …

FENTY BEAUTY

Après New York et Londres, Rihanna était à Paris dans le plus grand secret, au musée de l’Oran­ge­rie, où seuls quelques influen­ceurs et jour­na­listes ont pu assis­ter à la soirée de lance­ment de sa ligne de maquillage Fenty Beauty. Paris, Le 21 septembre 2017

error: Cette images est protégée