Schiele – Basquiat

Le parallèle Basquiat/Schiele révèle quelques similitudes, telles que la jeunesse, la modernité, la singularité, et la soif de créer.

Schiele s’affranchit des représentations académiques, ses portraits sont une introspection; Il va chercher dans ses personnages, aussi bien des traits physiques, que des traits de caractère, il instaure une vraie profondeur.

Autoportrait Schiele 1910
Femme à demi nue, assise, avec chapeau et bas mauves 1910

Basquiat mène un combat plus politique, la reconnaissance du peuple noir. Il fait l’apologie des légendes noires américaines. ses représentations sont tribales à l’image de l’Afrique, berceau du peuple noir. Sa collaboration avec Warhol nait d’une amitié, Basquiat le voit comme un modele de réussite sociale. Leurs styles sont très éloignés, Warhol multiplie les boites de soupe à l’infini comme pour ironiser du vide laissé par la publicité, il décrit une société capitaliste décadente qui va vers sont auto destruction. Basquiat, lui, dessine des masques Africains aux sombres accents mortuaires, des corps découpés par la chirurgie.

Hommage à Dizzy – 1983
Hommage à Charlie Parker – 1982
Riding with Death – 1988

D’un esthétisme totalement différent, ils se retrouvent sur leur obsession de la mort, qui est omniprésente dans leurs oeuvres respectives.

  • Du 03 octobre 2018 au 14 janvier 2019 à la FLV à Neuilly sur Seine